Maladie de LYME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladie de LYME

Message par Le Geai le Lun 18 Mai 2015 - 21:37

De la necessité de se checker mutuellement tous les jours lors de sortie et de consulter si il y a le moindre doute:
Source: http://www.participe-present.net/le-magazine/actu/148-lyme-une-maladie-rare-mais-des-malades-innombrables.html

Lyme : une maladie rare mais des malades innombrables

Publié le 3 mai 2015
Écrit par Benoît Chevrier



Cette rubrique est consacrée aux témoignages qui nous parviennent de plus en plus nombreux. La masse des récits de personnes qui sans se connaître racontent des symptômes identiques et de parcours médicaux étrangement ressemblants pose question. Ils sont pour l'heure dans un noman's land thérapeutique, en errance de généralistes en spécialistes, d'examens en sérologies, coincés entre une recherche encore balbutiante, sans grands moyens, et un protocole de soin totalement dépassé par l'ampleur du phénomène.Et aucun plan de prévention d'envergure ne pointe à l'horizon ... 
Lire et témoigner ici a plusieurs effets : se rendre compte que vous n'êtes pas seul(e), montrer que la maladie n'est pas si rare. Comme nous l'a écrit une malade: seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. 
 
Voici l’histoire d’Amélie D., 28 ans, de Charente Maritime.
Nous avons choisi de la diffuser en intégralité parce qu’elle raconte et synthétise le parcours de très nombreuses personnes. Beaucoup pourront se reconnaître dans tout ou partie de son récit.
Celui-ci débute en juin 2013 par l’apparition d’une tâche rouge sur la jambe gauche. « Plus les jours passaient et plus l‘auréole grandissait, c’était comme une plaque rouge chauffante. Quand elle est partie, pour moi c’était une histoire réglée. »
En réalité, l’histoire ne faisait que commencer.
 
AOÛT 2103
 "J'ai commencé à avoir des douleurs au niveau de la nuque et dans le dos. J'ai pris des antalgiques et des anti-inflammatoires et j'ai consulté plusieurs fois un ostéopathe, mais rien n'y fit. 
La douleur s'est accentuée au point de me faire un torticolis, j'ai du porter une minerve. J'ai commencé à me sentir très fatiguée et la douleur, puis un engourdissement, s'est propagée au niveau du bras puis dans la poitrine et au niveau des côtes. 
Je suis allée aux urgences tellement les douleurs étaient vives. On m'a fait une prise de sang, un électrocardiogramme et une radio thoracique : tout était normal. On m’a dit que c’était probablement musculaire.
J’ai vu ensuite une gynécologue. Elle m’a dit que la douleur venait de la glande mammaire, Par précaution, elle m’a fait passer une échographie de la poitrine qui n’a rien décelé."
 
OCTOBRE 2013
 "J'ai consulté mon médecin traitant car je n'entendais plus très bien, comme si j'avais la tête sous l'eau. Il m'a demandé d'aller voir un ORL qui a effectué un test auditif, sans rien trouver. Cela a duré quelques mois. Mon médecin m’a dit que tout cela était d’ordre psychologique.
J’ai commencé à faire des sinusites à répétition. Mon médecin m'a prescrit à plusieurs reprises des antibiotiques et de la cortisone puis m'a fait faire un scanner qui a montré… une grosse sinusite. 
Cette sinusite n'a jamais guéri à ce jour.
 
Mon médecin m’a demandé alors de faire une échographie de la thyroïde qui ne révéla rien d'anormal juste un petit nodule de 4 mm.
L'ORL m’a dirigé vers un dentiste pour vérifier si le problème n’était pas d’origine dentaire car ma mâchoire me faisait souffrir aussi. La radio panoramique n’a rien signalé. "

« C’est la grippe !»

FÉVRIER 2014
 "J'ai commencé à me sentir comme grippée, avec de grosses douleurs oculaires au point de provoquer des vertiges terribles, des courbatures, de la fièvre (38,8°), un horrible mal de tête permanent, une fatigue atroce, des frissons, une hypersensibilité à la lumière, des douleurs au ventre avec diarrhée. J’avais aussi des douleurs atroces dans le dos, comme des coups de poignard entre les omoplates, avec des brûlures.
Je n'arrivais même plus à me tenir debout et je perdais du poids (-15kg),
 
De plus, je ressentais une raideur et des craquements dans le cou, un fourmillement à l'intérieur des jambes, un reflux gastrique, des douleurs atroces dans les muscles, des spasmes musculaires et cardiaques et toujours ces douleurs au niveau du sein gauche. 
Impossible pour moi de me lever. J'ai donc consulté le médecin le plus proche de chez moi, qui m'annonça que j'avais la grippe… 
Je restais donc couchée pendant deux semaines dans mon lit. Les deux semaines ont passé et je me sentais toujours “grippée“. Mon médecin m’a fait passer une radio des cervicales. Les résultats sont revenus normaux." 

« C’est psychologique ! »

 "Les symptômes étaient toujours présents et les douleurs insoutenables. Je fus obligée de m'arrêter de travailler. Cela dura deux mois, durant lesquels les vertiges m'empêchaient de tenir debout.
J'ai décidé de consulter un médecin acupuncteur auquel j’ai expliqué mon cauchemar.
Il m’a demandé de réfléchir à ce qu'il s'était passé quand les symptômes sont apparus. Et il me prescrit une sérologie à faire, dont celle de Lyme, 
Rentrée chez moi, j’ai regardé sur internet ce qu’était Lyme, et en apercevant l'érythème migrant je me suis tout de suite souvenue de la rougeur que j’avais eue. Par "chance",  j'avais pensé à la photographier. 
De retour chez mon médecin traitant, je lui montrai la photo. Il me dit que cela ressemblait énormément à la maladie de Lyme. Il m’a demandé pourquoi je n’étais pas venue le voir quand j'avais eu l'érythème. À ce moment là, je m'en suis voulue énormément. 
 
J'ai donc effectué la sérologie qui revint négative. Pour mon médecin, si la sérologie était négative cela signifiait que ce n'était pas la maladie de Lyme et que tous ces symptômes étaient d’ordre psychologique, que j’étais sans doute trop stressée. Je me suis dis qu'il avait peut être raison, après tout c'est lui le médecin. J'ai accepté de prendre du valium pour me détendre. Mais même détendue, les douleurs étaient omniprésentes." 

« Il pense à la sclérose en plaque »

Pour mes douleurs oculaires et mes maux de tête permanents, mon médecin m’a envoyé chez un ophtalmo. Celui-ci fut très inquiet de mon état, il pensait à la sclérose en plaque. Il me fit passer un examen du nerf optique et m’envoya faire un IRM encéphalique. Ces deux examens ne montrèrent rien d'anormal.
 
Les sinusites persistant, je retournai voir l'ORL qui essaya en vain de me soulager par plusieurs techniques. Rien n'y fit.
Les douleurs du ventre survinrent qui irradiaient mes intestins avec, en alternance, constipation et diarrhée. À cela s’ajoutaient des nausées au point de ne plus pouvoir manger, des douleurs à l'estomac et des reflux gastriques. 
Après avoir pris du Dompéridone et un médicament pour les reflux, une échographie ne révéla rien.
Une IRM cervico-brachiale pour essayer de connaître la cause de mes névralgies s’avéra aussi muette.
 
Mon état s'empira et je me sentis désemparée. Je pris des antalgiques et des anti-inflammatoires. Les douleurs étaient tellement puissantes, que j’avais l'impression d'avoir des névralgies partout, qui changeaient d’endroit toutes les semaines. Rien ne me soulageait et je me demandais si je ne n’étais pas en train de mourir ou si je n'avais pas une tumeur quelque part. Ma famille s'inquiétait."

« L’espoir me gagnait, sauf que… »

MAI 2014
 
"Le médecin acupuncteur m'envoya chez un médecin spécialiste en infectiologie.
Au rendez-vous, je lui montrai la photo de l’érythème et lui expliquai le chemin parcouru jusqu'ici. Il me répondit que les tests pour la sérologie de Lyme ne sont pas fiables, que l'érythème migrant correspond à cette maladie et qu'il fallait que je prenne un antibiotique (de la Doxycycline) pendant un mois. 
Au début du traitement, j'ai eu l'impression que c'était pire ! Je suis même allée aux urgences. À l'arrêt du traitement j’allais mieux, je ne me sentais plus du tout grippée, les douleurs avaient vraiment diminué en intensité, l'espoir me gagnait. 
Sauf que… 
Au bout de deux semaines les douleurs sont revenues en force mais de moindre intensité. Je commençais à parcourir les forums sur internet et je me suis rendue compte que beaucoup de personnes étaient concernées par cette maladie, qu’elles avaient exactement les mêmes symptômes et le même parcours que moi. 
Je me suis aperçue que des malades avaient eu le même traitement que moi mais que leurs douleurs continuaient à aller et venir. À ce moment là, j’étais désespérée et je pleurais. L'espoir de guérir un jour m’avait quitté : je me rendais compte que les gens sont malades depuis des années et qu’aucun traitement ne les guérit totalement."

« Il m’a dit qu’il fallait que je supporte mes douleurs »

"Je suis allée voir ensuite une rhumatologue pour mes douleurs articulaires et musculaires. Pour elle, si la sérologie de la maladie de lyme est négative c'est que ce n'est pas ça.
Elle pensait que je souffrais de fibromyalgie. J’ai regardé sur internet et j’ai lu avec étonnement que cette maladie n'avait pas de cause mais qu'elle était très liée à la maladie de Lyme".
 
AOÛT 2014
« J’ai décidé de revoir l'infectiologue pour lui faire part de l’amélioration après le traitement mais aussi que les douleurs à type de névralgie étaient toujours présentes. Il m'expliqua que selon le consensus de 2006 le traitement de base est de 21 jours d'antibiotique et qu'il n'y avait rien qui prouvait l'existence d'une maladie de Lyme chronique ni de protocole à suivre après le traitement de base. 
 
Je lui dis que j'avais lu le livre du Dr Horowitz et que ce médecin interniste dénonçait cette maladie comme chronique. Il m'a rit au nez en m'expliquant que ce type était un illuminé, à la tête d’une secte. Il m'a expliqué qu'il fallait maintenant que j'essaie de supporter mes douleurs et qu'un jour ça finirait par partir !
 
SEPTEMBRE 2014
"Une neurologue me fit passer un électromyogramme sur les bras et les jambes.
Tout était encore une fois normal. Elle estimait que malgré la sérologie négative si j'avais bien répondu au traitement antibiotique et au vu de l'érythème migrant, j'avais bien contracté la maladie de Lyme. Elle m'expliqua que les douleurs résiduelles après le traitement de base (antibiotique pendant 21 jours) étaient tout à fait normales, car cette infection n'est pas anodine."
 
OCTOBRE 2014
"J’ai attrapé une sorte de boule sur mes gencives, un stomatologue me l'a retirée en intervention, il s'agissait d'un papillome malpighien. Y a-t-il un lien avec la maladie de Lyme ?  Le stomatologue n’a pas pu me répondre.
Mon coeur me fait souffrir. Les extrasystoles en pleine nuit en salve me font vraiment peur. 
Une cardiologue m’a fait passer une échographie cardiaque. Le coeur était normal. Pour les extrasystoles, elle m'expliqua la démarche à suivre: pas plus de 120 pulsations par minute et la douleur doit s'arrêter au bout de 10 minutes sinon… il faut appeler le 15."
 
NOVEMBRE 2014
"Je ne me sentis plus “grippée“. J'eus l'impression d'être sortie de l'enfer, d'un cauchemar infernal. Pour moi, la Doxycycline a fait effet sur la durée. Des symptômes sont restés qui m'obligent à voir un kiné chaque semaine, à appliquer de la glace sur certaines parties de mon corps et des crèmes pour atténuer les douleurs qui irradient.
 
Voici les symptômes que j'ai toujours après le traitement :
- Des douleurs qui m'irradient dans les muscles de mes bras, dans les nerfs et les ligaments comme des sensations de courbatures, de brûlures et des coups de poignard qui font tellement mal qu’elles m’obligent à cesser toute activité.
- Des douleurs atroces aux articulations (poignet, coudes, épaules, doigts et genoux). Les douleurs aux poignets me pénalisent énormément pour l'écriture, le port d'un livre ou pour mettre mes membres en flexion.
- Des extrasystoles et des palpitations cardiaque en salve la nuit.
- Douleur dans la poitrine gauche et sur une côte gauche
- Engourdissement de la mâchoire et douleur dans les racines dentaires
- Fatigue extrême
- Douleur dans le cou et craquement 
- Fourmillement et tremblement dans les jambes
 
Actuellement, je ne me sens plus comme avant, je ne peux plus porter des choses lourdes car les douleurs musculaires apparaissent en intensité. Pour faire attention à mon cœur, je dois me reposer en permanence. Par moment, je pleure car je souhaiterais retrouver mon corps sans souffrance et revivre.
 
J’ai souhaité effectuer un test en Allemagne qui a la réputation d'être fiable : le test de la goutte épaisse qui est pratiqué en microscopie à fond noir. Le résultat est revenu positif. Dans mon sang, se trouvent des borrélies de façon modérée. Pour moi c'était une évidence, avant cet érythème migrant je ne subissais pas ces douleurs insupportables qui m'invalident au quotidien."
 
JANVIER 2015 
« Je suis retournée voir l'infectiologue avec mes résultats allemands puis la photocopie de la proposition de loi faite par plusieurs députés. Nous avons eu une longue conversation. 
Je lui ai montré les résultats du test allemand. Il n’a pu me dire si cet examen était fiable. Par contre, il m'a avoué (je cite) : “Après votre venue, il y a eu une sorte d’épidémie. J'ai reçu beaucoup de personnes qui présentaient cette pathologie. Au vu de l'inefficacité du traitement sur vous, j'ai prolongé leur traitement !”
J’avais déjà eu un traitement antibiotique prolongé pour un simple acné, pourquoi ne pas avoir un traitement long pour me débarrasser de cette maladie ? La réponse a été (je cite encore) :  “ je suis le protocole !”.
Il n’a pas pu me répondre si mes douleurs chroniques et invalidantes étaient dues à des séquelles de la borréliose ou si j'étais encore atteinte de cette pathologie, faute de test sérologique fiable. Finalement, il m'a adressée vers un professeur en infectiologie et à un centre anti-douleur.
À ce jour, TOUS les médecins que j'ai consultés se contredisent, AUCUN n'est capable de lister les symptômes de la maladie de Lyme. TOUS se contredisent concernant les résultats de la sérologie. AUCUN n'est capable de dire si cette maladie est chronique ou pas."
 
 
Voici le nombre de fois que j'ai consulté et le nombre d'examens pendant une année, de août 2013 à août 2014:
 
Médecin généraliste : 20 fois dans l'année
Orthoptiste, ophtalmo : 14 fois
Gynécologue : 2 fois
Acupuncteur : 18 fois
Kinésithérapeute : 54 fois
Infectiologue : 2 fois
Ostéopathe : 6 fois 
Dentiste : 10 fois
Cardiologue : 3 fois
Allergologue : 3 fois
Rhumatologue : 1 fois
Orthopédiste : 1 fois
Neurologue: 1 fois
Stomatologue : 4 fois
Soit 139 consultations en un an !
 
Sans compter quelques examens dont :
Scanner : 3   -  Radio : 3  -  IRM : 2  -  Échographie : 4.
 
"Mon salaire est de 970 € par mois et le coût de ce parcours m'a ruiné. J'estime avoir tout fait pour essayer de comprendre ou pour soulager mes douleurs."
 

Quelques uns de vos messages

• Anne G.  des Pyrénées Atlantiques, après le premier article annonçant la série :
 "Puisque j'étais traitée, j'étais guérie ..."
 
“ Merci pour cet excellent article qui résume parfaitement la situation vécue par les malades face à l'ignorance des professionnels de la santé.
J'ai été dépistée tardivement, malgré un tableau clinique inquiétant : accident de voiture suite à syncope, mal au dos intense, fatigue permanente, pneumonie. 
 
Après de multiples consultations chez plusieurs médecins, j'ai eu "la chance" d'être diagnostiquée positive à Lyme. J'ai donc bénéficié du traitement de base des 3 semaines d'antibiotiques. Mais je garde de trop nombreux symptômes, dont cette fatigue profonde, qui m'ont fait consulter de nouveaux médecins dans la ville où j'ai depuis déménagé. Généraliste ignorant, spécialiste méprisant considérant que "puisque j'avais été traitée, j'étais guérie". 
Je poursuis cependant ma quête de guérison... sans grand espoir d'écoute et de compréhension du côté des médecins.
 
Peut-être que pour venir à bout de ce fléau faudrait-il engager dans la sa lutte, des populations à risque influentes comme les chasseurs, les forestiers, les agriculteurs éleveurs, bref s'appuyer sur des lobbys puissants ayant l'oreille des politiques et agents économiques ?
Je compte aussi sur l'influence des associations et des médias courageux qui osent en parler, comme le vôtre. Je ne manquerai pas de diffuser vos articles. »
 
 
• Antony L., 36 ans, des Alpes-Maritimes
"Je serai toujours dans le doute"
 
« J’ai été diagnostiqué positif Lyme il y a quelques années. Il aura fallu des années de fatigue chronique, de douleurs articulaires et plusieurs paralysies au visage pour qu'un ORL qui avait entendu parler de Lyme m'envoie faire des analyses de sang.
 
Quand j’étais jeune, j’ai fait pas mal de colonies à la montagne et j’ai également beaucoup voyagé. Je n’ai aucun souvenir d’une quelconque piqure ou rougeur donc aucun moyen de savoir depuis quand je traine ça. 
J’ai reçu un traitement antibiotique il y a quelques années. Il y a toujours des traces de borréliose dans mon sang mais en quantité infime et donc considérées comme nulles.
 
J’ai gardé des séquelles au niveau du visage et certaines douleurs subsistent. Je refais des tests régulièrement par sécurité, mais comme apparemment ils ne sont pas fiables, je resterai toujours dans le doute.
Il est difficile aujourd’hui de trouver quelqu’un qui “attrape le taureau par les cornes“, alors vous imaginez il y a quelques années... » 
 
 
Ludovic L. de Bretagne :
"Vous avez la maladie de Lyme, ce n'est pas grave !"
 
« J’ai contracté la maladie de Lyme au mois d’août 2012. J’ai commencé par être fatigué et avoir mal à la tête mais d’un côté. Ensuite je ne supportais plus la lumière, le bruit. Je tombais de mon lit, je culbutais tout. 
Au mois de septembre 2012, j’ai été aux urgences, car ce jour là je conduisais mon engin de chantier et je suis tombé. Je n’ai pas pu me relever. Aux urgences, ils m’ont fait une prise de sang qui n’a rien donné et la jeune interne qui s’est occupée de moi me disait que c’était rien, que je serai sur pieds dans 10 jours.
Malheureusement, les jours ont passé et ça a empiré.
 
Un jour au réveil, ma bouche était de travers, j’avais toujours mal au crâne et je commençai à ne plus rien comprendre. Je suis retourné à l’hôpital et ils ont décelé une méningite due à la maladie de Lyme. Mais ce n’est pas tout : je n’avais plus d’équilibre à cause d’une paralysie de ma jambe gauche. J’avais aussi une sorte de brouillard dans mes pensés. Je n’arrivais plus à faire quoi que ce soit. J’étais très fatigué, le moindre effort me demandait beaucoup.
 
On m’a traité avec de la Rocéphine en intraveineuse. J’ai fait de la rééducation fonctionnelle et de l’ergothérapie. Le problème c’est que ça empiré. J’ai été placé en maison de repos car ils pensaient que je faisais une dépression alors que j’avais juste envie de m’en sortir mais je n’arrivais pas à remonter la pente. 
 
J’avais des douleurs à la tête, je ne pouvais plus lire, ni suivre la télé, et dans mes jambes, des tremblements, des crampes, des brûlures… J’ai souffert énormément et on disait que c’était dans ma tête. 
Je ne voyais pas bien, par moment j’avais des brûlures dans mes yeux, et des pertes de mémoire. J’ai bégayé pendant plus d‘un an. J’avais des difficultés à comprendre les choses. 
C’est une neurolyme a dit le médecin, et ce sera long. 
Un jour, le neurologue qui m’a soigné m’a annoncé : vous êtes guéri ! Je bégayais toujours, j’étais toujours fatigué mais pour lui le protocole voulait que j’avais reçu le traitement qu’il fallait.
 
Le médecin de la Sécu qui m’a dit comme ça : “bon, vous avez la maladie de Lyme, ce n’est pas grave, il faut reprendre le travail, ça va passer !“ 
Je me suis posé la question si j’allais m’en sortir. Je venais de construire, j’ai une famille qui m a beaucoup aidé, surtout ma femme qui a supporté mes sautes d’humeur et beaucoup d’autres choses.
 
J’ai réussi à me sortir de ce pétrin mais pas sans mal. Aujourd’hui j’ai changé de métier, j’ai toujours des problèmes de fatigue, j’ai mal à mes articulations, j’ai des problèmes de mémoire par moment. Je ne supporte plus les antibiotiques. Je me suis adapté, je fais attention à tout. Je ne bois pas et je ne fume plus. Il m’aura fallu du temps pour reprendre une vie normale.
Je n ai plus aucun suivi avec les médecins, à part mon médecin traitant qui me dit que ce sont des restes de la maladie. »
 
Des témoignages nouveaux seront publiés au fur et à mesure qu'ils nous parviendront. Devant l'afflux des propositions, nous ne pourront prendre en compte que les récits rédigés et identifiables mais que nous diffusions de manière anonymisée.
Merci de votre compréhension.
Envoyer votre témoignage à : [email=contact@participepresent.net?subject=T%C3%A9moignage%20maladie%20de%20Lyme]contact@participepresent.net[/email]
 
À lire sur le même sujet :
Lyme, un scandale à la française
Lyme 1975-2015 : quarante ans de souffrance

 


Worldwide Lyme Protest le 30 mai

JOURNÉE DE MOBILISATION CONTRE LE DÉNI DE LA MALADIE DE LYME

Le 30 mai a lieu en France le Worldwide Lyme Protest, journée nationale de protestation et de sensibilisation à la maladie.
Les associations de malades France Lyme, Lyme sans frontières, Lym’Pact, Le relais de Lyme ainsi que le Réseau Borréliose participent selon les régions et leur implantation locale.
avatar
Le Geai
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 14
Age : 42
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par Corazon le Lun 18 Mai 2015 - 22:34

Bonjour

Cette maladie est une vraie s...  Non seulement elle n'est pas assez connue par le monde médical, mais en plus les lobby pharmaceutiques ont tout intérêt à ce que cela reste tel quel.  Les remèdes actuellement préconisés, sont une thérapie d’antibiotiques qui existent depuis longtemps sur le marché.  Ceux-ci sont peu onéreux et ne rapportent rien aux firmes pharmaceutiques, par rapport aux autres traitements des maladies que la maladie de lyme imite.

C'est le combat du pot de terre contre le pot de fer et ce n'est pas vraiment le forum pour en débattre Wink

Ce qui est important pour nous, c'est d'être vigilant et de retirer les tiques (avec le tire tique en forme de pied de biche, sans alcool, sans huile, ...) le plus rapidement possible afin que les éventuelles borrélies qu'elle peuvent contenir n'aient pas le temps de remonter dans notre corps.

Tout aussi important : si on constate qu'une tique a été attachée plus de 8h., il faut en premier lieu l'ôter et bien surveiller les symptômes les jours qui suivent.  Si un érythème migrant apparaît ou un état grippal -> direction médecin (en espérant qu'il connaisse la maladie).

Si la maladie de lyme est traitée au premier stade, une antibiothérapie d'un mois (pas 2 semaines, car les borrélies ont un cycle de 21 jours !) y vient quasi toujours à bout.     Pour le stade 2, c'est déjà une autre histoire et le stade 3 n'en parlons même pas.

_________________
Le monde est réservé à ceux qui se lèvent tôt.

Chaîne YouTube
Mes photos de la nature
avatar
Corazon
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 725
Age : 49
Localisation : Près de Liège, Belgique
Date d'inscription : 19/05/2011

http://www.nature-photos.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par celinejulien le Jeu 21 Mai 2015 - 15:25

il y a eu un vaccin contre la maladie de Lyme. Mais il a été arrêté. la semaine dernière j'ai été piqué par un tique j'ai dû aller à l'hôpital pour le faire retirer. La procédure est très simple il retire l'analyse et nous préviens si malheureusement il contient la maladie de Lyme pour l'instant aucune nouvelle. la population de tiques devraient exploser cette année dut un hiver  plus doux que d'habitude
avatar
celinejulien
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 300
Age : 31
Localisation : Moncton New-Brunswick CANADA
Date d'inscription : 21/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par Corazon le Jeu 21 Mai 2015 - 18:54

Bonjour

Le vaccin n'est pas contre la maladie de Lyme, mais contre une des autres saloperie que le tique peut nous transmettre.

Pas besoin d'aller à l’hôpital pour se faire ôter une tique (sinon par moment, j'y serai tous les jours !).  Suffit d'utiliser correctement le petit pied de biche et le tour est joué.  Si la tique est retirée rapidement, le risque d'infection est quasi null.

Amitiés
Martin

_________________
Le monde est réservé à ceux qui se lèvent tôt.

Chaîne YouTube
Mes photos de la nature
avatar
Corazon
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 725
Age : 49
Localisation : Près de Liège, Belgique
Date d'inscription : 19/05/2011

http://www.nature-photos.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par celinejulien le Ven 22 Mai 2015 - 2:10

Au Canada, c est la procédure, car  on veut analyser la tique. Le vaccin c était le lymerix

La procédure pour le Canada
www.santeestrie.qc.ca/sante_publique/.../MaladiedeLyme_sept09.pdf

C est une épidémie pour nous, le nombre des cas d infections explosent
avatar
celinejulien
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 300
Age : 31
Localisation : Moncton New-Brunswick CANADA
Date d'inscription : 21/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par Corazon le Ven 22 Mai 2015 - 8:54

Bonsoir

Ton lien est invalide.  De toute façon, vu son nom : set 09, il est dépassé depuis longtemps.  Ces dernières années les recherches ont pas mal avancées et les connaissances fortement progressé.

C'est un peu partout que c'est devenu une épidémie, mais certains états/corps de médecins réfutent encore toujurs cela.

En Franec : quelquels milliers de cas reconnus, en Allemagnes quelques centaines de milliers de cas.  C'est comme le nuage de Tchernobyl, il sait exactement ou se trouvent les frontières de la France et la contourne  Mad

PS : en Belgique, seuls 3 spécialistes pour cette maladie pour 11.000.000 d'habitants !

Amitiés
Martin

_________________
Le monde est réservé à ceux qui se lèvent tôt.

Chaîne YouTube
Mes photos de la nature
avatar
Corazon
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 725
Age : 49
Localisation : Près de Liège, Belgique
Date d'inscription : 19/05/2011

http://www.nature-photos.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie de LYME

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum