[Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par John C le Mer 7 Déc 2011 - 1:15

Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Bonjour à tous et à toutes!

Pour nous amateurs de Nature et passionnés de bushcraft, le couteau est un compagnon indispensable qui ne quitte jamais notre ceinture ou nos poches. A l'heure actuelle où affluent des centaines de couteaux de toutes marques, de qualité et de design variables, on ne sait plus où donner de la tête et on a tendance à en oublier les couteaux traditionnels, ceux là même que nos ancêtres ou que les peuplades ancestrales utilisaient (et utilisent encore pour certaines!) et qui ont largement fait leur preuve durant des siècles sur le terrain : Il me semble donc intéressant de se pencher sur les anciennes traditions de forge et les usages des couteaux du passé...


Cosaque de la garde impériale en tenue officielle, kinjal à la ceinture. Gravure du 19ième siècle.

Je viens donc aujourd'hui vous présenter une tranche de culture et de couteaux, pour vous parler un peu de ceux qui sont en usage du coté des cosaques


Le KINJAL

Le kinjal (кинжал : "couteau" en russe / parfois dit aussi "Kindjal") est le poignard en usage dans des nombreux groupements cosaques, et ceux depuis leurs origines jusqu'à nos jours. Originaire du Caucase et en usage par les peuplades locales, ce couteau de part sa configuration et son efficacité fut très rapidement adopté dans la culture cosaque jusqu'à devenir un véritable symbole du statut même de Cosaque...


Caractéristiques générales du Kinjal caucasien utilisé par les cosaques (variables en fonction du type de kinjal et de ses composants matériels).

-lame damassée
-pointe perce-maille
-lame plate à double tranchant émouture plate en V
-largeur de lame au plus fort : de 2cm à 8cm environ
-longueur de lame : de 15cm à 50cm environ
-longueur du couteau (poignée comprise) : de 30cm à 70cm environ
-poids : très variable de 600Gr à 1kg environ
-étui (fourreau) en bois recouvert de cuir d'agneau noir ou de chèvre



Caucasien en tenue traditionnelle, kinjal à la ceinture. Gravure du 18ième siècle.


Le terme de kinjal en russe moderne est assez ambigüe car il désigne à la fois un couteau, celui de la vie de tous les jours, et en même temps le kinjal cosaque/caucasien lui même, ce qui peut apporter des confusions. Peut être que le kinjal cosaque influença la langue russe pour finir par désigner le couteau par excellence, non? (allez, un peu de chauvinisme humoristique ne fait pas de mal hein)...

L'origine de ce poignard en cosaquerie semble compliquée à retracer même pour les spécialistes du domaine (pensons aux Professeurs Lebedynsky ou Goudagov), étant donné les nombreux échanges culturels entre les différentes peuplades des régions fréquentées par les cosaques dès leur ethnogénèse(1). En ce qui concerne l'origine purement caucasienne du poignard, la piste la plus intéressante et sûre serait indienne, ou tout du moins de la région himalayenne.

Chez les cosaques, on peut aisément par contre citer trois sources, c'est à dire au moins trois courants qui se côtoyèrent dans le temps concernant l'origine et la fabrication du kinjal spécifique cosaque :

-le style caucasien (le plus répandue pour les cosaques occidentaux à l'ouest de l'Oural / le kinjal classique à lame droite et double tranchant)
-le style nomade (pour les cosaques et surtout les cosaques d'origine nomade à l'Est de l'Oural / souvent à lame courbe et unique tranchant)
-le style oriental et persan (pour les cosaques du Sud de la Russie proche des régions persanes et turques / parfois un modèle de kinjal courbe et à double tranchant).

Au fur et à mesure de l'évolution ethnique des cosaques, ces trois styles se côtoyèrent largement et s'influencèrent pour donner naissance à des modèles "purement cosaques", empruntant de ce qu'il y avait de meilleur (et de plus esthétique : car pour un cosaque, le pragmatique ne doit rien enlevé à la beauté de l'objet) dans les divers courants.

Cependant, de tous les styles de kinjal, c'est le style caucasien qui fut/est le plus répandu et le plus apprécié des cosaques. Adopté dès le début de la naissance du peuple cosaque de la région du Caucase, notamment par ceux du Don, du Kouban ou du Terek pour ne citer qu'eux, le kinjal fut recherché tant pour sa qualité de forge(2) damassée exceptionnelle, que par son esthétisme richement ouvragé selon la technique du Niello(3). Les cosaques les plus pauvres quant à eux se contentaient d'un kinjal des plus sobres : monture en métaux non-précieux, poignée en bois, cornes ou os, et fourreau recouvert de cuir de chèvre noire ou d'agneau...La lame était cependant toujours d'excellente manufacture. Il n'était pas rare de posséder plusieurs kinjals, un pour la tenue officielle et un autre pour la vie de tous les jours.


Cosaques du Kouban. Photo 19 septembre 1915 peut de temps avant la révolution bolchévique. Vous pouvez y admirer les kinjal de style caucasien en ceinture...

Le style du couteau était tellement apprécié, qu'il fut même adopté plus tard par la garde personnelle de l'Empereur russe, et décliné également pour l'Armée impériale! En Russie jusqu'à la guerre civile de 1917, il était à la mode de porter un kinjal en ceinture (la mode cosaque étant symbole de rang guerrier, de puissance et de prestance). Ainsi, grand nombre d'aristocrates en portaient...Notons que le kinjal est si symbolique du Cosaque, que Monsieur Vladimir Poutine sous sa présidence autorisa de nouveau les cosaques enregistrés de Russie à porter le kinjal en ceinture légalement et ceux même en place public!


La famille Roumanov en 1915. Les Hommes de la famille portent la tenue cosaque "tcherkessa" et le kinjal. Véritable effet de mode, la tcherkessa caucasienne (et cosaque par extension) ainsi que le kinjal était ainsi porté en tenue d’apparat.

L'autre style de kinjal répandue et apprécié était un couteau à courbure et plus long nommé bébout par les russes qui fut adopté notamment plus tard entre 1907 à 1910 par diverses unités de l'Armée régulière russe, notamment pour les unités d'artillerie. Ce poignard long est à cheval (sans jeu de mot) entre le kinjal courbe caucasien, et le sabre shashka (grand sabre courbe sans garde). Sa dimension de lame varie entre 30cm et 60cm environ. Ce couteau ne possède qu'un seul tranchant courbe, contrairement au kinjal caucasien qui en a deux.. Beaucoup d'idées reçues attribuent son origine au caucase, voyant dans le bébout un sabre shashka miniature. Pourtant, ce poignard trouverait son origine en réalité chez les nomades, qui adoptaient ce type de couteau également en apparat et en utilitaire. Citons par exemple les tribues Tatars, turkmènes, ou bien encore kalmouks qui en faisaient usage et dont on peut encore admirer les poignards de nos jours...D'ailleurs, une tradition martiale du maniement de ce poignard courbe naquit de ses échanges culturels et fit la renommée des plastuns cosaques ("ceux qui rampent" : troupes de choc cosaques) et autres cosaques à pied, à l'image des célèbres les gurkhas népalais. A la manière des djiguites cosaques (spécialistes de l'équitation guerrière en cosaquerie), les plastuns et cosaques à pied possédaient une forte aptitude au combat rapproché et usaient du kinjal admirablement, tant au contact, qu'au lancer ou comme outil de survie sur le terrain. Je ne vais pas nous attarder davantage sur l'aspect combat qui n'est pas celui qui nous intéresse sur ce forum.


Cosaques de divers groupements, lors de l'exploration et de la conquête du Turkestan au 19ième siècle (actuel Kazaksthan). Des membres de ma famille firent partie des forces en présence. Notez l'officier à droite en tcherkessa (tenue traditionnelle cosaque d'origine caucasienne) tandis que les autres cosaques d'origines nomades portent un long caftan (dit chapan en langue turco-mongol ou azaam en langue cosaque qui est un dialecte russo-turco-mongol), avec une grande papakha noire et le kinjal nomade de forme courbe en ceinture. Les cosaques à l'époque sous mandat russe aidèrent les Kazakhs à s'unifier et à repousser les Hordes Dzungars venue de Mongolie et Kirghizie.


Un outil de survie polyvalent

De nos jours, un légionnaire dirait : "jamais sans mon leathermann." Un cosaque dirait : "jamais sans mon kinjal". A coup sûr, il est l'outil, l'assurance vie, le compagnon de fortune dont on ne se séparait jamais.

Le kinjal EST un véritable outil à tout faire et quelque soit son origine ou sa configuration, le kinjal sert beaucoup au travail dans la vie de tous les jours (débroussailler, bâtonner, fendre du bois, briser des os, découper un animal et même racler une peau, creuser la terre remuer des braises, servir de brochette à viande, grimper à un mur etc..). En d'autre terme, le Kinjal est au cosaque ce que la machette est aux peuples de la jungle...A titre d'exemple, avec mon kinjal personnel de type caucasien (voir photos plus bas), j'ai débité un conifère de 30cm de diamètre en 9 coups. Qui dit mieux?

Contrairement à la croyance populaire, le kinjal n'était pas un couteau seulement d'hommes, car les femmes pouvaient en utiliser de montures simples sans ornementation dans leur travail de tous les jours. On peut de nos jours en observer encore dans des régions reculées du Caucase, où les kinjals servent à fendre le bois pour le poêle, à briser des os en deux pour en manger la moelle, faucher des mauvaises herbes et même à planter des graines dans le jardin! Cependant, les femmes ne le portent jamais à la ceinture devant comme les hommes mais toujours fourreau à la main ou pendant à la ceinture sur le coté avec une corde tressée...Son utilisation se limitait donc à un usage strictement agraire.


Kinjal de type caucasien, de part sa configuration (lame droite en forme de glaive terminée par une pointe acérée). Ce poignard était qualifié de lame "perce-maille" en raison de son profil. En effet, sa pointe permettait de percer les cotes de mailles et armures et dans un geste de rotation, d'éventrer la protection pour atteindre la chair de son porteur...La qualité de forge du kinjal ainsi que sa longueur et son tranchant particulièrement affiné, en faisait également une arme redoutable...


Celui ci est de ma collection personnelle en cours de restauration (poignée non d'origine) et date de 1891.Il a appartenu à un cosaque à pied. Je ne suis pas vraiment porté groupe "coupe coupe", mais je transporte souvent ce kinjal quand les conditions le permettent. J'avoue volontiers que c'est un véritable plaisir de vivre le terrain avec, tant son utilisation est simple et pragmatique et son entretien aisé. L'affûtage est vraiment très facile à faire en raison de sa forme en V et ne se perd quasiment pas étant donné la dureté du métal (je ne saurai dire de quelle qualité il est. Notez qu'un forgeron m'a dit qu'il se rapprochait d'un D2. D'ailleurs, il n'a même pas réussi à percer la poignée, même en la chauffant...)

[http://www]
Kinjal en usage dans mon ethnie d'origine, surtout chez les cosaques de l'Oural d'origine tatare. Notez la courbure de la lame, rappelant les sabres de la steppe ou orientaux.

Il existait également un couteau cosaque en forme de machette également nommé Kinjal que les premiers cosaques de Sibérie utilisaient dans la taïga qu'on appelait aussi "couteau du trappeur", en raison de la vocation trappeur des premiers cosaques en Sibérie du 16ième au 19ième siècle. Le fourreau était caractéristique parce qu'il était fait de cuir épais, souvent de couleur marron ou safran (tannage par fumage) avec un dessin ou une inscription en repoussé, et portait des franges un peu comme celles des vêtements amérindiens. Ces couteaux machettes sont extrêmement difficile à trouver de nos jours...


Les petits couteaux de terrain en usage en cosaquerie

Le Kinjal était/est donc surtout utilisé pour le "gros travail". Bien souvent, une petite lame vient en complément pour les "petits travaux" ou tout simplement manger (d'ailleurs on dit "couteau de bouche" chez nous...). Ce sont généralement des petites lames peu larges, avec un bout effilé et arrondie et une mouture en V facile à affûter. Deux plaquettes en bois, en os ou en corne sont directement rivetées sur la soie du couteau. De la simplicité et rusticité pour un maximum d'efficacité. La pointe permet notamment de mettre à mort un animal (pensons au mouton que nous faisons régulièrement) de par sa configuration, en un seul coup appuyé derrière la nuque entre la 3ième et 4ième vertèbre cervical. Mort instantanée, sans douleur et sans effusion de sang, pour un respect de la vie cher à mes yeux...


Ce kit couteau s'accompagnait autrefois du briquet à percussion. Le couteau se porte accroché à la ceinture, directement dans la ceinture de tissus large ou dans la botte.


Mon couteau de bouche personnel, ici en usage pour fabriquer des pochettes de ceinture en cuir.


Nous procédons à l'affûtage principalement à la lime comme sur la photo ci dessus. C'est rapide et l'émouture en V fait qu'on obtient rapidement un excellent tranchant.



Amical partage, Jonathan


NOTES :


(1) : ethnogénèse : fondation d'un peuple. Pour les cosaques, il semblerait d'après le professeur Goudagov et certaines théories en cours que l'origine de mon peuple remonterait au 8ième ou 9ième siècle, issue d'un mélange des premiers varégues (vikings) ayant fondé des comptoires commerciaux et coloniaux le long des grandes fleuves et rivières de la future Russie (et qui en deviendront d'ailleurs les premières grandes villes) et de nomades discident, c'est à dire ayant quitté la sphère d'influence de leur peuple pour plus d eliberté. La première mention officielle de cosaque remonte quant à elle au Codex Cumanicus dans les environ de 1292.

(2) : Notez que la forge caucasienne figure parmi les meilleures du monde, et l'origine du Damassage serait d'ailleurs de leur région d'après certains spécialistes. Les anciens kinjal forgé avant 1917 étaient tous d'une excellente manufacture et d'un tranchant inégalé comparé aux babioles qui se font de nos jours. Le secret des méthodes de forge caucasienne et cosaques à fortiori se sont plus ou moins perdu à la suite de 75 années de soviétisme...Seuls les armes de forge russe KKB s'approchent de la qualité irréprochable des anciens kinjal et sabres cosaques.

(3) Technique du Niello : http://en.wikipedia.org/wiki/Niello


Ps : une vidéo de la série "cosaques d'Hier et d'Ajourd'hui : Entre Traditions et Modernité" est à venir...



_________________
John C, Instructeur de survie
 

École de vie et survie en foret: http://www.survie-foret.com/
Centre de formations aux compétences de Pisteur: http://www.centre-de-formations-aux-competences-de-pisteur.com/
École des cosaques : http://cossacksmartialart.jimdo.com/

NE M'ENVOYEZ PAS DE DEMANDE CONCERNANT LES STAGES EVSF PAR Message privé : http://www.nature-survie.com/t2030-evsf-messages-importants-au-sujet-des-mp  Passez par la voix officielle: soit par le site survie-foret.com onglet contact "survieenforet "at" gmail.com, soit via le forum à la suite de l'annonce de stage visé où un membre de l'équipe vous répondra plus rapidement! MERCI! Very Happy

NOTRE PARTENAIRE MATÉRIEL pour l'EVSF: http://www.pyrene-bushcraft.com/
avatar
John C
INSTRUCTEUR de SURVIE
INSTRUCTEUR de SURVIE

Nombre de messages : 3241
Age : 38
Localisation : ICI ET AILLEURS, selon emploi du temps
Date d'inscription : 05/05/2007

http://www.survie-foret.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par John C le Mer 7 Déc 2011 - 1:39

re,

à suivre...complément de revue, fabrication etc...

cordialement, Jonathan

_________________
John C, Instructeur de survie
 

École de vie et survie en foret: http://www.survie-foret.com/
Centre de formations aux compétences de Pisteur: http://www.centre-de-formations-aux-competences-de-pisteur.com/
École des cosaques : http://cossacksmartialart.jimdo.com/

NE M'ENVOYEZ PAS DE DEMANDE CONCERNANT LES STAGES EVSF PAR Message privé : http://www.nature-survie.com/t2030-evsf-messages-importants-au-sujet-des-mp  Passez par la voix officielle: soit par le site survie-foret.com onglet contact "survieenforet "at" gmail.com, soit via le forum à la suite de l'annonce de stage visé où un membre de l'équipe vous répondra plus rapidement! MERCI! Very Happy

NOTRE PARTENAIRE MATÉRIEL pour l'EVSF: http://www.pyrene-bushcraft.com/
avatar
John C
INSTRUCTEUR de SURVIE
INSTRUCTEUR de SURVIE

Nombre de messages : 3241
Age : 38
Localisation : ICI ET AILLEURS, selon emploi du temps
Date d'inscription : 05/05/2007

http://www.survie-foret.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par celinejulien le Mer 7 Déc 2011 - 5:28

EXCELLENT Sujet, j'ai tout compris.

Petites questions:

Certaines épées et couteaux sont fabriqués à partir de ferrite de météorite, est ce le cas?

Les cosaques ont ils des astuces, pour ne pas se trouver coller par accident,avec leur lame, par le froid?

Des techniques pour l'entretien et prevenir la rouille?
avatar
celinejulien
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 300
Age : 31
Localisation : Moncton New-Brunswick CANADA
Date d'inscription : 21/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

kinjal couteau traditionnel cosaque

Message par John C le Mer 7 Déc 2011 - 5:41

celinejulien a écrit:EXCELLENT Sujet, j'ai tout compris.

Petites questions:

Certaines épées et couteaux sont fabriqués à partir de ferrite de météorite, est ce le cas?

Les cosaques ont ils des astuces, pour ne pas se trouver coller par accident,avec leur lame, par le froid?

Des techniques pour l'entretien et prévenir la rouille?

Bonsoir!

Niveau forge, les savoirs anciens se sont en grande partie, si bien que les nouveaux forgerons cosaques ne savent pas refaire des lames de haute qualité comme avant et que les anciennes lames d'avant 1917 sont extrêmement recherchées. Je ne saurai dire si elles ont de la ferrite de météorite. Je n'en ai en tout cas jamais entendu parlé.

Pour le froid, nous mettons une petite pièce de cuir directement au contact de la poignée. Ça empêche l'adhérence du métal de la lame à la bouche du fourreau (en métal elle aussi). Nous mettons également de la laine brute de mouton dans le fond de fourreau pour absorber l'humidité. Les lames sont graissées régulièrement : une ancienne astuce consistait à le faire avec de la graisse de poisson car il semblerait d'après les anciens qu'elle ne gèle pas et lubrifie bien! Jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu de problème de lame de kinjal bloquée par le gel.

Pour l'entretien, la lime fait partie de notre kit de base. Encore une fois, la graisse de poisson est récurrente dans les sources anciennes, (et pas seulement pour lutter contre la rouille mais aussi pour masquer au combat la couleur étincelante du métal). Il convient de l'essuyer à chaque usage avant de le ranger en fourreau. Le sang a tendance de par son acidité à piquer la lame (comme c'est le ça sur mon modèle 1891). Un bon polissage peut corriger la chose et empêcher également les risques de "prise" de rouille avec un entretien régulier et une lame bien lubrifiée.. Un Ancien (vieux cosaque) m'a dit qu'il utilisait du vinaigre (très présent dans la cuisine russe) et du gros sel ou de l'argile pour faire une pâte abrasive pour nettoyer les lames. J'ai essayé, ça marche pas trop mal, le vinaigre et le gros sel marchant surtout sur les pièces à base de cuivre, et l'argile étant vraiment bien pour désencrasser les lames passées au feu ou bien sale, voire trop grasse. En climat humide (la forêt boréale, c'est très humide!) on change régulièrement la laine (du mouton brute) au fond du fourreau et en veille à ce que la lame soit bien séchée. Le savoir être est de rigueur pour faire durer son matériel!

cordialement, Jonathan




_________________
John C, Instructeur de survie
 

École de vie et survie en foret: http://www.survie-foret.com/
Centre de formations aux compétences de Pisteur: http://www.centre-de-formations-aux-competences-de-pisteur.com/
École des cosaques : http://cossacksmartialart.jimdo.com/

NE M'ENVOYEZ PAS DE DEMANDE CONCERNANT LES STAGES EVSF PAR Message privé : http://www.nature-survie.com/t2030-evsf-messages-importants-au-sujet-des-mp  Passez par la voix officielle: soit par le site survie-foret.com onglet contact "survieenforet "at" gmail.com, soit via le forum à la suite de l'annonce de stage visé où un membre de l'équipe vous répondra plus rapidement! MERCI! Very Happy

NOTRE PARTENAIRE MATÉRIEL pour l'EVSF: http://www.pyrene-bushcraft.com/
avatar
John C
INSTRUCTEUR de SURVIE
INSTRUCTEUR de SURVIE

Nombre de messages : 3241
Age : 38
Localisation : ICI ET AILLEURS, selon emploi du temps
Date d'inscription : 05/05/2007

http://www.survie-foret.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Gauthier R. le Jeu 8 Déc 2011 - 12:03

Salut,

Merci pour ce partage très intéressant, j'en sais un peu plus sur les lames cosaques  (j'ai pas eu le temps de terminer le livre "Armes et guerriers du caucase").

Cordialement, Gauthier


Dernière édition par Gauthier R. le Jeu 12 Déc 2013 - 9:24, édité 1 fois

_________________
"On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre; il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche."  Mark Twain
avatar
Gauthier R.
SANGLIER de l'EVSF
SANGLIER de l'EVSF

Nombre de messages : 1023
Localisation : Scy-Chazelles
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

couteau kinjal

Message par riko le Sam 10 Déc 2011 - 21:49

Jonathan (John.C) a écrit: A l'heure actuelle où affluent des centaines de couteaux de toutes marques, de qualité et de design variables, on ne sait plus où donner de la tête et on a tendance à en oublier les couteaux traditionnels, ceux là même que nos ancêtres ou que les peuplades ancestrales utilisaient (et utilisent encore pour certaines!) et qui ont largement fait leur preuve durant des siècles sur le terrain : Il me semble donc intéressant de se pencher sur les anciennes traditions de forge et les usages des couteaux du passé...

salut!

c'est pas faux. on cherche toujours a inventer LE COUTEAU sans pour autant regarder vers ce qui se faisait avant et a en développer améliorer le concept. moi je dis les couteaux les plus simples et rustiques restent les meilleurs.

j'ai pu voir plusieurs fois le kinjal de john.c en action. comme il dit ça dépote. ca remplace facilement une petite hachette, une mini pelle et un coupe coupe. pour le reste un petit couteau de poche en plus et on est équipé. il ne parle pas du poids mais ce n'est pas très lourd pour une qualité largement supérieur au meilleur coupe coupe coldsteel style kukri ou machette.

merci pour le partage. toujours un plaisir de te lire

dans le meme esprit:

http://www.nature-survie.com/t1574-couteau-les-kukri-kukhri-en-tout-genre-et-le-bushcraft

+++ riko

avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Toornaarsuk le Mar 10 Jan 2012 - 8:59

Jonathan (John.C) a écrit:Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

-le style oriental et persan (pour les cosaques du Sud de la Russie proche des régions persanes et turques / parfois un modèle de kinjal courbe et à double tranchant).
Bonsoir.

Dit comme ça, ça me fait penser un peu aux non moins célèbres Djambiya du Yémen (et d'autres pays autour). Sauf que la Djambiya est de nos jours, surtout un couteau symbolique qui se porte avec les costumes traditionnels et qui véhiculent des informations sur son porteur (d'où tu viens? tu as de l'argent?... questions classiques quoi) notamment en fonction du style du manche et du fourreau, des ornements...
Le style de Kindjal auquel tu fais références y ressemble un peu? (ou j'ai tout faux?)



Niveau plus "classique", en production moderne, la forme du kindjal, surtout sa lame me rappelle la dague à servir ko-02 de chez Kyzliar (production du Daguestan crois-je bien), mais en version bien plus courte.


C'est vrai que ça a sacrément de pointe, mais le coté double tranchant me gène un peu pour l'imaginer comme outil à tout faire. Mais bon, si le sens de l'histoire me donne tort, c'est surement que je dois pas bien tout voir.
avatar
Toornaarsuk
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 87
Age : 30
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par John C le Mar 10 Jan 2012 - 10:33

Toornaarsuk a écrit:
Jonathan (John.C) a écrit:Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

-le
style oriental et persan (pour les cosaques du Sud de la Russie proche
des régions persanes et turques / parfois un modèle de kinjal courbe et à
double tranchant).
Bonsoir.

Dit comme ça, ça me fait penser un peu aux non moins célèbres Djambiya du Yémen (et d'autres pays autour).

Il y a toujours eu une grande aire d'influences multi-culturelles entre l'Asie centrale, le moyen orient et le Caucase. A celà, une raison majeure : le nomadisme. Les peuplades nomades de chaque contré échangeaient beaucoup de leur culture via le commerce...

Ceci dit, les kinjals ont toujours été réputés pour leur excellente qualité de lame, leur damassage pouvant aller jusqu'à 3 aciers différents et leur grande beauté d'ouvrage, ce qui n'a jamais été le cas des poignards du moyen orient dont la qualité de lame est plus que discutable...


Toornaarsuk a écrit:

Sauf que la Djambiya est de nos jours, surtout un couteau symbolique qui se porte avec les costumes traditionnels et qui véhiculent des informations sur son porteur (d'où tu viens? tu as de l'argent?... questions classiques quoi) notamment en fonction du style du manche et du fourreau, des ornements...

C'est toujours le cas pour le Kinjal. son type, sa qualité de lame, ses ornements (raffinés et ouvragés ou pas) etc...sont des indicateurs de rang, de provenance etc...

De nos jours c'est étranger à beaucoup de néo-cosaques qui ne connaissent pas les anciens codes, mais ça ne trompe pas un oeil averti des anciennes coutumes...

Toornaarsuk a écrit:C'est vrai que ça a sacrément de pointe, mais le coté double tranchant me gène un peu pour l'imaginer comme outil à tout faire. Mais bon, si le sens de l'histoire me donne tort, c'est surement que je dois pas bien tout voir.

Tu soulève là un point intéressant (attention, le double tranchant est sur le lame droite, pas sur le lame courbe).

Il s'avère que certain kinjal "agraire", c'est à dire d'usage paysan comme outil de la vie de tous les jours dans le Caucase, avait un coté plus fort que l'autre, c'est à dire un coté plus affuté que l'autre, l'un servant à trancher et l'autre à travailler (un peu comme une truelle en fait).
La meilleure des références historiques au sujet de l'ancien usage du Kinjal outil est faite par le professeur Lebydinsky (INALCO / Historien et spécialiste notamment de la culture cosaque) dans son ouvrage "armes cosaques" (épuisé / et comment il a eu de me le dire via nos contacts : à refaire car à présent avec ses recherches, beaucoup d'éléments sont à rectifier) ou dans "armes et guerriers du Caucase" ; entre d'autres livres d'experts en la matière...

Cordialement, Jonathan

_________________
John C, Instructeur de survie
 

École de vie et survie en foret: http://www.survie-foret.com/
Centre de formations aux compétences de Pisteur: http://www.centre-de-formations-aux-competences-de-pisteur.com/
École des cosaques : http://cossacksmartialart.jimdo.com/

NE M'ENVOYEZ PAS DE DEMANDE CONCERNANT LES STAGES EVSF PAR Message privé : http://www.nature-survie.com/t2030-evsf-messages-importants-au-sujet-des-mp  Passez par la voix officielle: soit par le site survie-foret.com onglet contact "survieenforet "at" gmail.com, soit via le forum à la suite de l'annonce de stage visé où un membre de l'équipe vous répondra plus rapidement! MERCI! Very Happy

NOTRE PARTENAIRE MATÉRIEL pour l'EVSF: http://www.pyrene-bushcraft.com/
avatar
John C
INSTRUCTEUR de SURVIE
INSTRUCTEUR de SURVIE

Nombre de messages : 3241
Age : 38
Localisation : ICI ET AILLEURS, selon emploi du temps
Date d'inscription : 05/05/2007

http://www.survie-foret.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Gauthier R. le Jeu 26 Jan 2012 - 11:54

Bonjour,

Si ça peut t'aider dans tes recherches Toornaarsuk, voici le livre cité plus haut par Jonathan qui parle des kinjals :



Et voilà, en espérant que cela puisse t'aider

Cordialement, Gauthier


Dernière édition par Gauthier R. le Jeu 12 Déc 2013 - 9:25, édité 1 fois

_________________
"On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre; il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche."  Mark Twain
avatar
Gauthier R.
SANGLIER de l'EVSF
SANGLIER de l'EVSF

Nombre de messages : 1023
Localisation : Scy-Chazelles
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Toornaarsuk le Jeu 26 Jan 2012 - 21:07

Merci,
ça a l'air assez interessant en effet.
avatar
Toornaarsuk
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 87
Age : 30
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Invité le Mer 26 Fév 2014 - 0:21

Une vidéo essayant de montrer une partie de la qualité de ces lames:
https://www.youtube.com/watch?v=lRKJQHXVpbM

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Gauthier R. le Dim 2 Mar 2014 - 20:59

Bonjour,

Merci pour cette vidéo, je n'en n'avais pas encore vu qui démontraient les différentes utilisations et résistances bien que j'ai put tester moi même sur les années avec mon kinjal.  Very Happy  Elle me fait penser aux vidéos de démonstrations cold steel. Sauf que là on a de la qualité supérieur. Very Happy 

Cordialement, Gauthier

_________________
"On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre; il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche."  Mark Twain
avatar
Gauthier R.
SANGLIER de l'EVSF
SANGLIER de l'EVSF

Nombre de messages : 1023
Localisation : Scy-Chazelles
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article serie couteau traditionnel] Le Kinjal, les couteaux cosaques et leurs usages

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum