Critique: le matériel de l'aventure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Critique: le matériel de l'aventure

Message par Florian L. le Ven 1 Juil 2011 - 5:54

Tout bon manuel de Bushcraft/Survie qui se respecte se doit d’aborder la question du matos. Question: est-il possible de résumer en deux-trois pages un sujet aussi vaste ?

Eric Silberman prend le parti de consacrer un livre entier à l’équipement du crapahuteur immodéré.

Fiche

Titre: Le matériel de l’aventure
Auteur: Eric Silberman
Editeur: Eyrolles

C’est qui lui, d’abord ?

Avant de lire un livre, j’aime me renseigner sur son auteur, surtout lorsqu’il s’agit d’un manuel. Malheureusement, je vous avoue que je n’ai pas trouvé de traces d’Eric et que le bonhomme a de nombreux homonymes de par le monde… Donc je me contenterai de croire en la bonne foi de son éditeur (hum hum) plutôt que dégainer ma langue de vipère. Voici ce qu’on peut lire sur la jaquette :

« En 1990, à l’âge de 23 ans, il part seul dans le bush Alaskan pour un séjour de plusieurs mois au cours duquel il partagera l’existence des Indiens Athapascans. Passionné d’aventures extrêmes, il retournera régulièrement dans le Grand Nord ensuite. Cette expérience sera mise à profit, quelques années plus tard, dans les montagnes de Tasmanie puis dans le désert australien. »

Si vous avez une information sur M. Silberman, n’hésitez surtout pas à nous en faire part dans les commentaires. Merci.

Un livre Tacticraftesque ?

Voici un avis très personnel. Je n’aime pas le matos outdoor mainstream (couleurs vives, trekking…). Je n’aime pas non plus le matos paramilitaire à l’excès (multicam, airsoft…).

Il se trouve qu’Eric et moi sommes sur la même longueur d’onde : si les militaires ont un bon matériel, on prend, si possible en évitant le camo. Si on trouve mieux ailleurs, on prend, si possible en évitant le fluo.

Ainsi, vous ne serez pas surpris de trouver au fil des pages un joyeux mélange de technologies, de fabricants et techniques issus pour une moitié du milieu tactique et pour l’autre moitié du milieu des sports outdoor (en fait la proportion serait plus de l’ordre du 75% militaire, 25% outdoor).

Autre chose à signaler : l’auteur n’hésite pas à balancer des modèles et des marques bien précises. Vu le large spectre dans lequel il pioche, je ne pense pas que ce soit de la publicité rémunérée mais bel et bien des conseils sincères sans sponsoring derrière. De plus, dans l’ensemble, ce sont de bonnes suggestions : les smocks SASS ont une excellente réputation, le SRK de cold steel est un couteau d’un excellent rapport qualité prix (version acier carbone) et le pocket filter de Katadyn est ce qui se fait de mieux en matière de filtrage d’eau…

Critique du contenu

Voici la liste des chapitres

1 Les vêtements, chaussures et leurs accessoires pour les climats chauds et froids
2 Le couchage et l’abri
3 Le transport du matériel
4 Les lames
5 Les armes à feu
6 Les instruments d’optique
7 Le matériel d’orientation
8 Les moyens de communication
9 Le petit matériel
10 La trousse médicale

Dans l’ensemble, je n’ai détecté aucune ânerie (et pourtant j’ai le nez fin) en dehors du fait que dans certaines parties du monde, il vous sera difficile de porter du matériel militaire sous peine de vous mettre en danger (en côte d’Ivoire) ou d’être pris pour un c*! (en France). Autrement dit, l’auteur ne tient pas en compte des contraintes culturelles et politiques des milieux traversés, juste les contraintes techniques… Ce qui est un peu normal car Eric S. a forgé son expérience dans des zones très faiblement peuplées.

Chaque chapitre suit une trame qui n’est pas explicitement définie mais qui saute aux yeux lorsqu’on analyse le livre.

L’auteur commence tout d’abord par exposer la problématique. Ceci est par ailleurs particulièrement bien réalisé lors du chapitre sur les vêtements (« mécanique du froid et du chaud » : convection, conduction etc.). Cette phase de mise en équation des contraintes est particulièrement intéressante.

Puis il esquisse une solution. Cette solution est souvent agrémentée d’anecdotes, d’encarts techniques expliquant comment fonctionne telle ou telle technologie ou bien de suggestions quant à la customisation de l’équipement.

Tout ce qui est exposé sent le vécu et est destiné à des raids brutasses dans les régions les plus reculées du monde. Vous devrez bien entendu tourner ceci à votre sauce si vous comptez simplement partir deux semaines sur les GR d’Europe (encore que tout dépend du pays et de la zone arpentée…). Rien n’est imposé, tout est proposé. Bien entendu, il est fort probable que vous ayez à votre disposition du matériel plus performant, plus léger etc. Mais il faut admettre que tous les domaines sont abordés et solutionnés dans ce livre avec une cohérence plus que correcte.

Vous remarquerez sans doute le chapitre sur les armes à feu et il mérite quelques éclaircissements. L’auteur dit clairement qu’elles sont employées dans le but de se nourrir et de se défendre… Nous, Français, oublions vite que dans d’autres régions du monde, les armes ne sont pas un tabou, que la chasse n’est pas décriée par l’opinion vulgaire comme une activité de beauf et enfin qu’il n’est pas possible de se balader en pleine nature sans précautions en raison des prédateurs (ours par exemple). Ceci étant, il n’est point question de fusils d’assaut, juste de calibres 12 et de fusils à lunette.

Je vois néanmoins quelques petits défauts comme une mise en page un peu old school et, plus gênant, un matériel exposé qui commence à sérieusement dater (2003). Par exemple, il n’est nulle part fait mention du système d’attache MOLLE, l’auteur se contentant des clips ALICE… Ou encore, concernant l’éclairage, aucune lampe tactique n’est recommandée puisque la technologie des micro-LEDs n’existait pas à l’époque… Or les lampes tactiques sont devenues aujourd’hui incontournables, plus personne ne songerait à s’éclairer aujourd’hui avec des ampoules à incandescence. Fort heureusement, tout le reste est encore à jour. Enfin, dans certains domaines, la technologie a finalement peu évolué ces 10 dernières années, malgré l’aspect technique évident (textiles, balises de détresse).

Conclusion

Brillant par une remarquable absence d’âneries, ce livre sera d’une aide précieuse aussi bien pour le débutant qui ne sait pas trop quoi emporter que pour le baroudeur qui trouvera peut être deux ou trois pistes pour améliorer le contenu de son sac à dos. Une bonne pioche, excellente même mais qui demandera quelques mises à jour sur les sujets où la technologie évolue très rapidement. Croisons les doigts pour qu’une seconde édition voie le jour.

Je vous invite à lire les scans des pages pour vous forgez une opinion par vous même.

http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/01.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/02.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/03.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/04.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/05.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/06.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/07.jpeg
http://www.tacticraft.com/wp-content/uploads/2011/06/08.jpeg
avatar
Florian L.
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 151
Age : 35
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 17/05/2011

http://www.tacticraft.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critique: le matériel de l'aventure

Message par Florian L. le Ven 1 Juil 2011 - 5:55

AH BORDEL !!!

serait il possible d'éditer le post ci dessus pour rajouter cette image ?

avatar
Florian L.
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 151
Age : 35
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 17/05/2011

http://www.tacticraft.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum