[Santé] Mal aigu des montagnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Romain le Jeu 22 Nov 2007 - 1:38

Ceci est un extrait du "Petit manuel de médecine de montagne" écrit Emmanuel Cauchy (guide de haute montagne et médecin de secours à Chamonix) :

Pour comprendre ce phénomène, il faut rappeler les deux paramètres essentiels qui caractérisent l'altitude: la pression diminue et l'oxygène se raréfie.
L' organisme n'apprécie pas ces contraintes, et bien qu'il soit capable de s'adapter en augmentant sa ventilation et en multipliant le nombre de ses globules rouges, il a besoin d'un délai pour réagir.
Si l'on monte trop vite sans respecter de paliers, un ensemble de signes désagréables apparaît. Les plus fréquents sont les maux de tête (qui peuvent être importants), les vomissements, l'essoufflement et une fatigue anormale; l'insomnie perturbe les nuits. Parfois surviennent même des troubles neurologiques, d'abord sans gravité comme des vertiges ou de l'agressivité ou, au contraire, sous forme de léthargie, puis plus sérieux, voire mortels.
Cet ensemble de symptômes constitue ce que l'on appelle le mal aigu des montagnes (MAM).

Si les signes restent modérés, le MAM est considéré comme bénin et la conduite à tenir est simple: se reposer, ralentir la courbe d'ascension en s'accordant un jour de détente sans couvrir de dénivelé, prendre éventuellement de l'aspirine ou du paracétamol et bien s'hydrater. Même en prenant toutes les précautions nécessaires, on peut considérer que le MAM est le prix à payer pour une acclimatation progressive. Il atteint sept personnes sur dix qui tentent l'ascension du mont Blanc et une personne sur deux en Himalaya : c'est dire comme ce syndrome est banal en altitude.


Médicament

L'acétazolamide [Diamox] est le plus efficace, surtout en traitement préventif débuté 2 jours avant l'ascension.
. Posologie: 1 comprimé de 250 mg matin et midi. Diviser les doses par deux pour les personnes de moins de 60 kg ou si les effets secondaires sont mal supportés.
Ces traitements ne peuvent être prescrits que par un médecin du fait des contre-indications et des effets secondaires.

L' acétazolamide [Diamox] est un inhibiteur de l'anhydrase carbonique qui limite l'alcalinisation du sang, ce qui a pour effet de stimuler la ventilation. Il aurait un effet bénéfique également en diminuant la pression intra-crânienne. Il lui faut 12 à 24 heures pour agir. On doit donc le prendre 1 à 2 jours avant de monter en altitude. On le préconise chez les personnes présentant des difficultés d'acclimatation ou pour celles qui n'ont pas le temps de s'acclimater pour des raisons professionnelles ou logistiques (arrivée en avion directement à plus de 4 000 m, comme à La Paz (Bolivie) ou 3 650 m à Lhassa (Tibet)).

Le Diamox n'est que faiblement diurétique, mais il est conseillé de s'hydrater largement pendant la phase d'acclimatation. Il peut être responsable de fuite de potassuim (hypokaliémie); il est donc recommandé de prendre un complément (comprimés Kaleorid).

Il a été démontré que le Diamox améliorait la ventilation pendant le sommeil en altitude, ce qui peut être intéressant pour les personnes souffrant d'insomnie et d'apnée du sommeil.

Comment prévenir le MAM ?

Consultation préventive
Ceux qui ne sont jamais allés en altitude peuvent avoir un aperçu de leur sensibilité au mal aigu des montagnes en pratiquant un « test à l'hypoxie » à l'occasion d'une consultation spécialisée.
Cette consultation est également conseillée à toutes les personnes souffrant d'une pathologie chronique susceptible de décompenser en altitude.

Respecter les paliers d'ascension
Le corps est capable de s'acclimater pour peu qu'on lui en laisse le temps. En trekking, une fois l'altitude de 3 000 mètres atteinte, on conseille de ne jamais dépasser 400 mètres de dénivelé entre deux nuits consécutives.
A ceux qui ne peuvent pas se permettre de monter progressivement pour des raisons logistiques alors que le sommet visé dépasse 4000 mètres, on conseille de réaliser une ou deux ascensions à moindre altitude au cours de la semaine qui précède le séjour, en dormant une ou deux nuits à plus de 3 000 mètres. C'est pendant la nuit que l'organisme est le plus stimulé pour produire les globules rouges supplémentaires.

Hydratation
Il faut s'affranchir de cette idée fausse qui accuse l'hyperhydratation d'être responsable des œdèmes d'altitude. C'est tout le contraire ! L'hydratation amorce et relance la fonction rénale, ce qui permet au rein de jouer son rôle de filtre. Les toxines liées à l'exercice et à la souffrance des cellules en manque d'oxygène sont mieux filtrées, permettant à l'équilibre hydroélectrique de s'instaurer de manière harmonieuse.
Acétazolamide [Diamox]
C'est l'alternative médicamenteuse \a plus courante, à condition de le prendre au moins 24 heures avant l'ascension. Il est en effet beaucoup plus efficace en préventif, bien qu'il puisse être utilisé aussi de façon curative.
Aspirine
La prise préventive d'aspirine est également possible. L' aspirine prévient des maux de tête, des crampes et des courbatures en améliorant la circulation dans les petits vaisseaux.

Autres moyens
Bien que fort prisés, certains produits n'ont jamais véritablement fait la preuve de leur efficacité (produits à base de ginkgo biloba [Tanakan] et homéopathie [coca]).
> Ne jamais monter trop vite trop haut!
> Monter suffisamment haut pour s'acclimater
> Ne pas rester trop haut trop longtemps!
> A partir de 3000 mètres d'altitude, ne jamais dépasser 400 mètres de dénivelé positif entre deux nuits consécutives.

Les conseils du "Docteur Vertical"

Le mal aigu des montagnes est un syndrome inévitable. Même si tout le monde n'y est pas aussi sensible, chacun doit savoir gérer la survenue des signes révélateurs et désagréables aussi bien sur soi-même que sur ses compagnons de cordée.
L'altitude appartient à ceux qui montent tranquillement. Celui qui brûle les étapes (souvent le plus jeune, sportif et entraîné) risque de payer cher son impatience. Le temps qu'il espère gagner en brûlant les étapes va lui être exigé plus haut. Le MAM fait toujours payer l'alpiniste prétentieux qui s'imagine au-dessus du lot.

En cas de maux de tête, certaines petites astuces peuvent être salutaires:
- Séances d'hyperventilation au repos qui améliorent la saturation en oxygène dans le sang et diminuent ainsi la pression intracrânienne.
- Éviter les somnifères en altitude quand on est encore mal acclimaté car il peuvent entraîner des hypoventilations, voire des apnées pendant le sommeil.
- Prendre un comprimé d'acétazolamide [Diamox] qui améliore la ventilation ou/et prendre 1 g d'aspirine.
- Dormir en gardant le haut du corps redressé, appuyé sur un sac à dos.
- Éviter les efforts violents pendant les phases d'acclimatation.
- Penser à bien s'hydrater.
- Éviter les bonnets, les casques ou les bandeaux trop serrés.
- Se protéger du soleil.
- Éviter l'excès d'alcool.

complément -->ici<--

Romain
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 566
Age : 37
Localisation : England
Date d'inscription : 06/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par John C le Jeu 22 Nov 2007 - 2:56

Bonjour à tous et à toutes!

Le MAM est l'un des premiers soucis que l'on rencontre en montagne, aprés les ampoules, les crampes, les blessures types entorses ou fractures et ceux qui se paument en jouant les pseudo-aventuriers!

Le MAM est un élément à connaître pour tout apprenti montagnard, encore plus pour un AMM, GHAM ou GHM.

J'ai une petite précision à apporter, relative à mon expérience :

1)Devant le MAM, nous ne sommes pas tous égaux! et oui, question de génétique et d'entraînement (voire de dopage!lol).

Habituellement, le MAM fait son apparition vers les 3000 mètres. Mais pour certains, il ne montrera ses premiers signes de présences qu'à 3500 mètres, et pour d'autres, plus fragile et moins entraîné, il pourra venir beaucoup plus tôt, vers 2800 mètres. Alors, on va me dire : bah pour 200 mètres?! OUI, pour 200 mètres, mais 200 mètres en montagne (dénivellé), c'est pas 200 mètres en plat!

2) L'alcool : NON et NON (réf : éviter les excès d'alcool). Ne pas consommer du tout d'alcool est encore mieux. Cela évite la perte de chaleur (vasodilatateur), les maux de tête accentués, et bien d'autres risques!

_________________
John C, Instructeur de survie
 

École de vie et survie en foret: http://www.survie-foret.com/
Centre de formations aux compétences de Pisteur: http://www.centre-de-formations-aux-competences-de-pisteur.com/
École des cosaques : http://cossacksmartialart.jimdo.com/

NE M'ENVOYEZ PAS DE DEMANDE CONCERNANT LES STAGES EVSF PAR Message privé : http://www.nature-survie.com/t2030-evsf-messages-importants-au-sujet-des-mp  Passez par la voix officielle: soit par le site survie-foret.com onglet contact "survieenforet "at" gmail.com, soit via le forum à la suite de l'annonce de stage visé où un membre de l'équipe vous répondra plus rapidement! MERCI! Very Happy

NOTRE PARTENAIRE MATÉRIEL pour l'EVSF: http://www.pyrene-bushcraft.com/
avatar
John C
INSTRUCTEUR de SURVIE
INSTRUCTEUR de SURVIE

Nombre de messages : 3241
Age : 38
Localisation : ICI ET AILLEURS, selon emploi du temps
Date d'inscription : 05/05/2007

http://www.survie-foret.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Invité le Mer 15 Sep 2010 - 21:42

salut

un petit résumé de ce qu'est le MAM :

http://www.alpinisme.com/FR/info-montagne/mam/index.php?fic=mam


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Skall le Dim 21 Nov 2010 - 9:29

Ok noté, merci pour le partage.
avatar
Skall
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 503
Age : 42
Localisation : Somme, Picardie
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par ventilo le Dim 21 Nov 2010 - 9:52

C'est marrant mais actuellement je bosse dans les pyrénées et effectivement j'ai des maux de tètes accentués à mesure que je rapproche davantage de ma destination...
avatar
ventilo
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 1182
Age : 42
Localisation : sud-ouest france , Gers (32)
Date d'inscription : 01/02/2009

http://nature-attitude.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Skall le Dim 21 Nov 2010 - 9:54

Hydratation + acclimatation...

A quelle altitude travailles-tu en ce moment l'ami ?
avatar
Skall
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 503
Age : 42
Localisation : Somme, Picardie
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par ventilo le Dim 21 Nov 2010 - 21:12

Bonjour,
Entre 700 et 1000m...La neige n'est plus très loin.
C'est vrai qu'en ce moment je ne m'hydrate pas beaucoup non plus.
avatar
ventilo
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 1182
Age : 42
Localisation : sud-ouest france , Gers (32)
Date d'inscription : 01/02/2009

http://nature-attitude.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Skall le Dim 21 Nov 2010 - 23:34

Perte hydrique, pas bon ! Tu vas être obligé de prendre ton kit éclaireur avec toi !

C'est vrai qu'au boulot on ne pense pas toujours à s'hydrater.

















































avatar
Skall
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 503
Age : 42
Localisation : Somme, Picardie
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par riko le Sam 6 Oct 2012 - 5:11

Un tres bon document sur le MAM (mal aiguë des montagnes)

http://www.medecine.unige.ch/enseignement/apprentissage/module4/immersion/archives/2006_2007/travaux/07_r_altitude.pdf

y a une petite presentation du matos d intervention medicale interressante aussi.

+++ riko

avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par calayo le Mar 12 Mar 2013 - 7:24

j'ai déjà eu le mam en pleine opex
c'est une vrai galère à gérer, je confirme

calayo
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 6
Age : 43
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 12/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par riko le Mar 12 Mar 2013 - 22:12

Salut.

la procédure suivie pour t'en sortir? le contexte précis (altitude?), histoire d'apporter un peu d'infos concrète et pertinente? (pour éviter le monoligne non informatif).

Cordialement, Riko

_________________
Cordialement, blablabla et tout et tout. Riko

(suivant la ou je suis, je n'ai pas tout le temps les accents sur mon clavier! Desole!)
avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par calayo le Mer 13 Mar 2013 - 19:25

c'était y'a 5 ans dans les montagnes d'un pays proche de la France. obligé de resté sur place 2jours, on avait un toubib avec nous, il m'a fait évacué en camp de base avec 2 autres collègues (mam eu aussi), retour au camp de base 1200m plus bas.

calayo
MEMBRE
MEMBRE

Nombre de messages : 6
Age : 43
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 12/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par riko le Jeu 14 Mar 2013 - 21:12

salut

OK. procédure habituelle. redescendre, temporiser et stabiliser.

_________________
Cordialement, blablabla et tout et tout. Riko

(suivant la ou je suis, je n'ai pas tout le temps les accents sur mon clavier! Desole!)
avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par riko le Mar 28 Mai 2013 - 0:45

Salut

article complet sur le MAM de l'école nationale de ski et d'alpinisme:
http://www.ensa-chamonix.net/index.php?option=com_content&view=article&id=94&Itemid=375


"L'incidence du Mal Aigu des Montagnes (MAM) est variable mais augmente très rapidement avec l'altitude.
Elle est de 15 % à 2 000 mètres d'altitude, de 60 % à 4 000 m.
Tous les sujets rapidement transportés en haute altitude en souffrent.


  • Le
    MAM n'apparaît qu'après un délai de quelques heures en altitude. Ainsi
    les personnes empruntant un téléphérique le temps d'admirer le point de
    vue ne sont pas touchées par le MAM.

  • Le MAM se manifeste par des
    maux de tête, des troubles digestifs (nausées, vomissements), une
    fatigue persistante au repos, une insomnie.

  • Le MAM régresse avec l'acclimatation et disparaît immédiatement à la descente.
A
une altitude élevée (4000 m - 5000 m), un Œdème Pulmonaire de Haute
Altitude (OPHA) peut survenir brutalement au cours des deux premières
nuits.
Le malade est pris de quinte de toux, crache, et s'essouffle.
Bien
souvent on note une fièvre à 38°5, ce qui évoque à tort un état
infectieux pulmonaire. L'état peut rapidement s'aggraver avec
l'apparition d'une cyanose précédent le coma.

Certains
médicaments, les inhibiteurs calciques (Adalate®) ou vasodilateurs
(Viagra®) améliorent l'état du blessé et lui permettent de perdre
rapidement de l'altitude. La posologie recommandée du Diamox est de 1/2
comprimé matin et soir.

A une altitude supérieure (5000 m - 5500
m), le MAM peut se compliquer d'un Œdéme Cérébral de Haute Altitude
(OCHA) qui débute par des modifications de l'humeur et du comportement,
ou par des maux de tête insupportables.
Les troubles de la vue, les
vomissements en jet précèdent le coma qui est fatal si le malade n'est
pas immédiatement redescendu à une altitude plus basse.

Le caisson hyperbare portable est un sac étanche dans lequel est placé le malade.
Une pompe permet d'atteindre une pression de 220 millibars, pression limitée par l'ouverture de la soupape de sécurité.
Huit
coups de pompe par minute permettent de renouveler l'air dans le
caisson et de laisser le malade pendant une à deux heures à l'intérieur ;
220 millibars correspond à une perte d'altitude d'environ 3 000 mètres
ce qui est largement suffisant pour faire disparaître les signes du MAM.
Toutefois, à la sortie du caisson, le bénéfice est de courte durée
(quelques heures), délai utilisé pour perdre rapidement de l'altitude.

Prévenir
le MAM ou ses complications impose une acclimatation à la haute
altitude prudente : nous recommandons de ne pas progresser de plus de
500 mètres de dénivelé par jour au delà d'une altitude de 3500 mètres.
Certaines
personnes présentent une susceptibilité particulière à l'altitude qui
se traduit par l'apparition précoce du MAM au dessus d'une altitude
modérée (2500 m).
Ces personnes peuvent bénéficier d'une consultation de médecine de montagne et d'une prescription d'un traitement préventif.

Contre-indications formelles à un séjour en altitude de 2500 m

  • maladie cardiaque non stabilisée
  • insuffisance respiratoire chronique
  • certaines maladies sanguines
  • affections psychiatriques graves
  • Contre-indications relatives à un séjour en altitude de 2500 m
  • grossesse dans le premier et le troisième trimestre
  • maladie cardiaque stabilisée
  • bronchite chronique
  • enfant de moins de 18 mois
  • toutes les maladies nécessitant une surveillance régulière (diabète)
  • asthme déclenché par le froid ou l'effort"
avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par riko le Dim 22 Juin 2014 - 21:01

salut

j en remet une petite louche


Pour comprendre le mal aigu des montagnes (MAM), il faut rappeler les deux paramètres essentiels qui caractérisent l'altitude : la pression diminue et l'oxygène se raréfie.

L'organisme n'apprécie pas ces contraintes, et bien qu'il soit capable de s'y adapter en augmentant sa ventilation et en multipliant le nombre de ses globules rouges, il a besoin d'un délai pour réagir.

Si l'on monte trop vite sans respecter de paliers, un ensemble de signes désagréables apparaît. Les plus fréquents sont les maux de tête (qui peuvent être importants), les vomissements, l'essoufflement et une fatigue anormale ; l'insomnie perturbe les nuits. Parfois surviennent même des troubles neurologiques, d'abord sans gravité comme des vertiges ou de l'agressivité ou, au contraire, sous forme de léthargie, puis plus sérieux, voire mortels.

Cet ensemble de symptômes constitue ce que l'on appelle le mal aigu des montagnes (MAM).

Si les signes restent modérés, le MAM est considéré comme bénin et la conduite à tenir est simple : se reposer, ralentir la courbe d'ascension en prenant un jour de détente sans couvrir de dénivelé, prendre éventuellement de l'aspirine ou du paracétamol et bien s'hydrater. Même en prenant toutes les précautions nécessaires, on peut considérer que le MAM est le prix à payer pour une acclimatation progressive. Il atteint sept personnes sur dix qui tentent l'ascension du mont Blanc et une personne sur deux en Himalaya : c'est dire comme ce syndrome est banal en altitude.

Mais les symptômes peuvent s'intensifier au point de rendre toute activité physique impossible. Du stade de gravité 1, on passe au stade 2, puis au 3. Attention ! n'attendez pas ce dernier pour agir : la décompensation en œdème pulmonaire de haute altitude (OPHA) ou en œdème cérébral de haute altitude (OCHA) peut être rapidement mortelle.

En altitude, l'élimination urinaire importante est un signe de bonne acclimatation !"

http://www.docteurclic.com/guide-montagne/mal-aigu-des-montagnes-mam.aspx

+++ riko

_________________
Cordialement, blablabla et tout et tout. Riko

(suivant la ou je suis, je n'ai pas tout le temps les accents sur mon clavier! Desole!)
avatar
riko
MODERATEUR
MODERATEUR

Nombre de messages : 781
Age : 37
Localisation : France / Canada / Pérou / Népal
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par ventilo le Sam 30 Jan 2016 - 2:39

Bonjour,
Je remonte ce post car en aout prochain je participe à une course de montagne (trail running) de 34 km :en boucle; montée de 18.1 km, descente de 15.9 km. Dénivelée positive de 2180 m, entre Vernet-les-Bains à 650 m et le Pic du Canigou à 2784 m (Dénivelée totale: 4360 m)
http://www.championnat-du-canigo.fr/les-infos-c-est-ici/renseignements/parcours/
Je me disais que je pouvais etre sujet au MAM, d' autant que ne vivant pas à la montagne et m' entraînant quasi exclusivement que sur mes chères collines gasconnes , le changement de géographie ( je n' arrive que la veille sur le lieu de départ) l' acclimatation risque d' être un peu juste...
Je compte faire quelques sorties au printemps et au début d' été à la montagne, rando-course, entraînement de côtes en fractionné et ballade en famille, mais cela sera t'il suffisant ?
Quelqu'un a t'il un retour d' expérience ? Rando, trail-running, ou même vélo en montagne ?
Merci
avatar
ventilo
MEMBRE ACTIF
MEMBRE ACTIF

Nombre de messages : 1182
Age : 42
Localisation : sud-ouest france , Gers (32)
Date d'inscription : 01/02/2009

http://nature-attitude.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Santé] Mal aigu des montagnes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum